www.rebreather-diving.eu
 

Volume des gilets pour la plongée Trimix et plongée profonde à l’air

L’objectif de cette article est de tordre le cou aux idées reçues qui sont véhiculées dans le monde de la plongée, et de comprendre réellement pourquoi le volume du gilet est important.

Combinaisons

Les combinaisons humides épaisses de plus de 5mm sont à proscrire pour ce type de plongée. En effet, leurs écrasements étant important, il y aura aussi une perte importante de flottabilité, de plus on aura pas de redondance à moins d’utiliser un double wing. Les combinaisons humides de plus faible épaisseur posent elles un problème au niveau de la température pour de longue plongée, la perte calorifique sera Etanche Teknodiver néoprène compressé Kevlarimportante même sous les tropiques, d’où un risque accru d’accident de décompression. C’est pour cette raison qu’il est recommandé d’utiliser un vêtement étanche. Si malgré tout le choix se porte sur une combi humide, il faudra prendre un double wing le plus gros possible 30-40lt.

En combinaison étanche, le choix se portera soit sur des combinaisons en toile dont l’écrasement sera pratiquement zéro ou en néoprène compressé dont l’écrasement sera très faible. Avec des combinaisons en néoprène non compressé style 5-7mm, la perte de la flottabilité sera importante en profondeur et nécessitera un double wing de gros volume. Généralement, en profondeur, ce type de combinaison ne permettra pas de remonter sans mettre de l’air dans le gilet, donc ne pourra pas être considéré comme moyen de secours pour remonter. Avec les combinaisons en toile ou en Néo compressé, il est recommandé de tester la portance en profondeur. En effet, une collerette pas assez serrée avec l’air qui s’échappe empêchera d’utiliser la combinaison pour remonter en cas de problème sur le wing.

Perte de flottabilité en profondeur

Contrairement aux idées reçues, la perte de flottabilité avec la profondeur est faible avec une combinaison étanche en toile ou en néo compressé. On perdra généralement que quelques kg de portance en fonction de la profondeur. Au niveau de la combinaison, le plongeur devra de toute façon injecter de l’air ce qui compensera presque totalement la portance. On aura une légère perte de flottabilité due au gaz présent dans le système digestif, une perte dans les partie en néoprène de l’équipement comme la cagoule, les bottillons, un très léger écrasement au niveau du néoprène compressé en fonction de la qualité et de l’épaisseur, pas d’écrasement au niveau de la toile pour les combinaison en Trilaminate, et parfois une légère perte au niveau des sous-vêtements qui peuvent être légèrement étanches et contenir des petites poches d’airs pour ceux qui respirent mal (les vêtements). En fonction de l’équipement on peut estimer une perte de 1-5kg.Wing DTD

Alors pourquoi préconiser des gilets de gros volume pour la plongée TECH ?

Poids du gaz

Le problème est que le plongeur devra emporter une grande quantité de gaz avec lui, et qu’il consommera ce gaz pendant la plongée d’où un allègement important. On considère que le plongeur sera neutre avec les bouteilles vides et qu’il aura le lestage adapté. Au niveau de la technologie des bouteilles, on évitera les blocs acier pour la décompression. Par contre, pour le mélange fond cela aura aucune importance en partant du principe qu’on ne fera pas de décapelage. Anciennement, les bouteilles aciers étaient aussi utilisées pour la décompression et, dans la mesure où le plongeur doit pouvoir les enlever en cas de nécessité sous l’eau, leurs poids se rajoutaient au lestage d’où la nécessité d’avoir de très gros volume de gilet style 40lt. On préféra donc pour les bouteilles supplémentaires des bouteilles en alu ou Carbondive qui influence peu la flottabilité si on les enlève.

L’air pèse à 1bar environ 1.2 gramme par litre et l’hélium 0.176 gramme.

Pour une plongée Trimix profonde, le plongeur emportera par exemple 6000 litres de trimix 12/40, bi 2x12 carbondive gonflé à 250bar ou 2x15lt acier gonflé à 200bar. Il aura 1 bouteille de Nitrox 32 ou 40 dans une s80 ou une carbondive 12lt, un Nitrox 80 dans une S80 et éventuellement un mélange de transit 15/30 dans une autre S80.

Pour simplifier le calcul on considère l’azote et l’o2 (1.17 et  1.3) au poids de l’air

On a 6000 litres x 0.6 x 1.2gr= 4320gr                        + He      6000x 0.4 x 0.176= 422gr

Total gaz fond =4742

2 bouteilles s80  à 200bar 4400lt x 1.2gr = 5280gr

Transit 2200 lt  2200 x 0.7  x 1.2 = 1848gr +            He          2200x 0.3 x 0.176 = 116gr

Total transit =1964gr

Total environ 12kg

Si le plongeur veut utiliser le même équipement pour les plongées à l’air, là, on aura avec le poids de l’air un total de 15kg.

Donc le plongeur s’allègera de 8kg-12kg (en fonction du reste de gaz dans la bouteille)

Si on rajoute la perte due à l’équipement en profondeur il faut rajouter 1 à 5kg

Après il faut garder une réserve pour l’assistance au coéquipier

Donc le volume  préconisé sera de minimum 22-25 kg de poussée pour un plongeur correctement équipé qui utilise des blocs alu ou carbondive pour la déco et le transit

De 30 à  40lt pour les plongeurs en combinaison néoprène ou avec des blocs aciers pour la déco et le transit

Pour la plongée technique, le fait d’avoir besoin d’un gilet ou wing de gros volume ne dépend pas directement de la profondeur mais bien plutôt de la quantité de gaz à emporter.

Daniel Germanier, Instructeur Traineur Nitrox, Trimix & Recycleur, instructeur Sidemount et instructeur Cave

Daniel@subsport.ch