www.rebreather-diving.eu
 

Plongée avec décompression à l'O2 ou au Nitrox

Janvier 1997, plongée  sur l’Hirondelle, magnifique épave de bateau à aubes situé dans le lac Léman, après avoir fait 2 fois le tour comme d’habitude et n’ayant pas trop consommé dans nos bi-bouteille 2 x 10 lt, puisque les conditions étaient optimales nous décidons avec mon coéquipier de trainer un peu sur la falaise situé à gauche de l’épave, verdict 41min de paliers à faire dans l’eau à 5°, et encore heureusement à l’époque les ordinateurs de plongées n’étaient pas trop pénalisant. Une année après fraichement certifié Advanced Nitrox et Decompression Diver nous y retournant avec une bouteille supplémentaire contenant du NX75 (Nitrox avec 75% d’oxygène), nous effectuons les paliers avec cette bouteille. Afin de « tester » nous essayons de faire un peu près le même profil de plongée, verdict 20 min de paliers, yes, ça marche !

·         Qu’est-ce qui ce passe quand on respire de l’O2 pure ou du nitrox aux paliers ?

·         Quelles sont les précautions à prendre avec ce type de mélange ?

De plus en plus de plongeurs utilisent de l'O2 à 100% ou du Nitrox très riche (75%, 80%) pour la décompression surtout depuis la généralisation des ordinateurs Multi-Gaz. L'avantage est que les mélanges à forte teneur en O2 contiennent peu ou pas de N2 (Azote), ce qui permet d'accélérer les échanges gazeux en particulier au niveau pulmonaire et d'éliminer plus vite l'azote. De plus l'augmentation de l'oxygène (Po2), permet une meilleure oxygénation des tissus qui pourrait être touchés par un début d'accident de décompression, équivalent à une oxygénothérapie préventive.

Pour le plongeur les bénéfices seront les suivants:

  • Moins de micro-bulles après la plongée.
  • Moins de fatigue
  • Amélioration de la décompression
  •  Temps de palier plus court (env. 50%)
  • Réserve de gaz supplémentaire indépendante pour la décompression.

En pratique le plongeur utilisera une petite bouteille, généralement de 7lt. avec un détendeur dégraissé Nitrox/O2, qu'il accrochera, soit sur le devant aux anneaux du gilet, soit latéralement. Pendant la plongée le plongeur respirera de l'air (mélange fond), arrivé au palier de 9m ou 6m il passera sur son bloc de déco, pour plus de sécurité il utilisera généralement un parachute de palier, en effet l'O2 deviendrait très dangereux au-delà de 6m et le nitrox 80% au-delà de 10m. De plus en plus pour la déco des bouteilles en Aluminium sont préférées à l’acier, car bien qu’aussi lourdes hors de l’eau voir parfois plus, elles ont les parois beaucoup plus épaisses, si bien que dans l’eau elles auront une flottabilité neutre donc plus facile à manipuler et surtout pas d’influence sur la flottabilité et la position (trim) du plongeur.

Au niveau du calcul de la décompression on peut soit générer les tables plongées multi gaz avec des programmes comme decoplan sur PC ou Baltic sur Iphone , ou utiliser un ordinateur récent qui permet la plongée avec 2 ou plusieurs gaz différents, par exemples:

  • Chez Mares on aura, Puck Pro, Nemo Wide, et Hicon HD
  • Chez Suunto : Vyper Air, D6, D9, DX (aussi Trimix et CCR), Helio2 (aussi Trimix)
  • Chez Scubapro (Uwatec), 2G et Galileo Sol (aussi Trimix)
  • Chez Liquivison, Kaon, Xeo (aussi CCR et Trimix)

Au niveau des formations on parle de cours Nitrox II ou Nitrox Avancé (Advanced nitrox), généralement trois types de formation sont proposés:

  • Pour les plongeurs ayant suivi une formation complète incluant la décompression comme le P3 en Suisse, en Belgique ou en France, on aura un court traitant uniquement de la particularité de la décompression avec de l’O2/Nitrox le plus souvent avec 1-2 théorie et 3-4 plongées.
  • Pour les plongeurs sans formation de décompression, PADI, P2 CMAS, la formation devra inclure toute la théorie et la pratique pour ce type de plongée ce qui représente 3-4 théories et min. 8 plongées.
  • En suisse une autre possibilité pour les plongeurs PADI ou P2, est de suivre le module décompression du P3, puis le cours prévue pour les P3.

Ces formations sont aussi la première étape de la plongée technique, et sont un prérequis pour les formations Trimix I, au niveau de la pratique les bases de la plongée technique seront enseignées comme la configuration du matériel, déploiement d’un parachute à l’aide d’un enrouleur, le valve drill (fermeture et ouverture des robinets)…..

Un autre avantage de ce type de plongée c’est que le plongeur emporte une réserve de gaz supplémentaire pour la décompression, le risque de ne pas pouvoir faire ces paliers suite à une panne d’air seront d’autant plus réduit. Par contre la respiration de mélange riche en oxygène peut être dangereuse si on dépasse les limites de temps et de profondeur spécifique à chaque mélange, ceci sera aussi calculé par l’ordinateur de plongée et nécessitera l’acquisition de certaines connaissances et technique qui sont justement enseigné dans les formations nitrox II.

Comme en peut le voir les avantages sont multiple, cela ouvre de nouvelles perspectives au plongeur et augmente la sécurité des plongées à décompression.

Daniel Germanier, Instructeur Traineur Nitrox, Trimix & Recycleur

Daniel@subsport.ch